IRRC No. 901

Entretien avec Eyal Weizman

Cet article est aussi disponible en

Les conflits contemporains se déroulent de plus en plus en milieu urbain et sont souvent caractérisés par une asymétrie entre les parties. Compte tenu de l’urbanisation croissante dans le monde, cette tendance est appelée à se poursuivre. S’ajoute à cela le fait que les belligérants prennent souvent soin d’éviter d’affronter leurs adversaires en terrain découvert, en se mêlant au contraire à la population civile, mettant ainsi en danger les vies et les infrastructures civiles.

Eyal Weizman, architecte et universitaire, a consacré la plus grande partie de sa carrière à l’interaction entre violence et environnement bâti. Il a étudié de manière approfondie la manière dont les combats sont menés dans des zones urbaines et comment l’architecture peut créer un environnement qui soit plus ou moins propice à la guerre urbaine. Tout récemment, il a élaboré une nouvelle discipline, l’architecture d’investigation, qui a pour objectif de mener des recherches sur les incidents survenant en zone urbaine, d’examiner les aspects architecturaux en jeu et, de ces différentes situations, de faire émerger des typologies. Dans le présent entretien, le professeur Eyal Weizman partage avec la Revue certaines de ses réflexions sur la guerre dans les villes.

Poursuivre la lecture du #IRRC No. 901

Autres articles sur International Review of the Red Cross, War in cities