RICR No. 818

L'arrivée des «Bourbaki» aux Verrières: L'internement de la Première Armée française en Suisse le 1er février 1871

Reading time 3 min de lecture
Télécharger PDF

«L'Armée est prête, il ne lui manque pas un bouton de guêtre» avait declaré le maréchal Lebœuf, ministre de la Guerre de Napoléon III, lors du vote des crédits nécessaires à la mobilisation.On a rarement fait preuve d'un tel aveuglement: médiocrement équipée, mal entraînee et, surtout, dramatiquement mal commandée, l'armée française allait subir défaite sur défaite. Dès les premiers affrontements, en août 1870, elle doit abandonner l'Alsace et la Lorraine, à l'exception de quelques places fortes — Strasbourg, Sélestat, Neuf-Brisach, Metz et Belfort — qui sont assiégées. Le 2 septembre, Napoléon III capitule à Sedan avec 80 000 hommes, entraînant dans sa chute le Second Empire, tandis que les Prussiens marchent sur Paris.

Poursuivre la lecture du #RICR No. 818

Autres articles de François Bugnion