Appel mondial à contributions: « Le droit international face au crime organisé dans les conflits armés et autres situations de violence : état des lieux et nouvelles perspectives »

Appel mondial à contributions: « Le droit international face au crime organisé dans les conflits armés et autres situations de violence : état des lieux et nouvelles perspectives ».

Bien qu’il soit l’objet de nombreux traités, le crime organisé n’est généralement pas au centre des débats sur le droit international humanitaire (DIH), la conduite des hostilités et la réglementation des conflits armés. Il n’est pas non plus au centre des discussions portant sur les opérations de maintien de l’ordre – régies par le droit international des droits de l’homme – dans les situations de violence n’atteignant pas le seuil d’un conflit armé. Pourtant, dans les faits, les groupes criminels jouent un rôle indéniable dans de nombreux conflits armés et autres situations de violence. Le plus souvent, ils cherchent avant tout à tirer profit, sur le plan financier, du chaos et de l’instabilité engendrés par la guerre et la violence, mais il arrive aussi que certains de ces groupes aillent plus loin et prennent les armes contre l’État ou des groupes rivaux pour protéger leurs intérêts financiers illicites. Dans d’autres situations encore, des groupes criminels sont engagés par des parties à un conflit armé ou deviennent eux-mêmes des groupes paramilitaires. Ils peuvent aussi être instrumentalisés par divers acteurs dans certaines situations de violence.

En règle générale, les groupes criminels qui combattent contre un État ne sont pas porteurs de revendications politiques ou idéologiques, même les plus militarisés et lourdement armés d’entre eux. Il a néanmoins été argumenté récemment que l’absence de telles motivations ou revendications ne signifiait pas nécessairement que ces groupes ne peuvent pas être considérés comme des parties à un conflit armé non international et, à ce titre, comme étant liés par les règles du DIH. (1)

Dans d’autres situations de violence, des groupes criminels contrôlent de vastes zones géographiques et posent problème aux forces gouvernementales de maintien de l’ordre chargées de les neutraliser. Face à ces situations, des voix nouvelles s’interrogent sur la pertinence du droit international des droits de l’homme en tant que base légale appropriée pour mener ce type d’opérations. Faut-il reconsidérer le rôle du droit international des droits de l’homme dans les opérations de maintien de l’ordre menées dans des situations de violence armée de haute intensité ? Et le cas échéant, comment procéder ?

Le présent appel à contributions vise à constituer un recueil d’articles de fond sur la manière dont le cadre juridique international régissant les conflits armés et autres situations de violence peut et doit être appliqué au crime organisé et aux groupes qui le pratiquent. Ce recueil fera partie d’une nouvelle série à paraître dans la Revue à compter de 2022, consacrée aux questions qui seront au centre des débats sur le DIH et sur les politiques et l’action humanitaires dans les années à venir.

Nous invitons toute personne intéressée à soumettre, d’ici au 23 décembre 2021, un projet d’article (500 mots maximum) accompagné d’un CV (300 mots maximum). La problématique proposée étant très vaste, nous encourageons les auteurs à choisir une ligne argumentaire ou un angle d’approche spécifique et à s’y tenir. Veuillez noter que nous sommes avant tout intéressés par des analyses inédites et novatrices susceptibles d’éclairer les débats juridiques et politiques de demain. Veuillez également noter que la version finale de votre article devra compter entre 4000 et 5000 mots. Si votre dossier de candidature est retenu, ce dont vous serez informé·e au plus tard le 10 janvier 2022[AG1] , vous devrez livrer le texte complet de votre contribution au plus tard le 15 mars.

Votre projet d’article doit comprendre :

  1. l’énoncé du titre ;
  2. les principaux arguments que vous souhaitez développer ; et
  3. une note expliquant en quoi le thème que vous avez choisi est en accord avec la ligne éditoriale de la Revue (pour plus de détails, nous vous invitons à consulter les lignes directrices élaborées à l’intention des auteurs).

Veuillez regrouper ces éléments dans un seul fichier Word et l’envoyer, accompagné de votre CV, à l’adresse review@icrc.org en indiquant dans la barre d’objet de votre courriel le terme « Crime organisé ». Conformément à la volonté constante de la Revue de donner la parole à une pluralité de voix, nous encourageons aussi bien les auteurs établis que les nouveaux auteurs à nous adresser leur dossier de candidature.

Les dossiers seront examinés par un jury, dont la composition sera communiquée d’ici la fin décembre 2021.

(1) CICR, Commentaire de la première Convention de Genève, 2016, par. 447-451.

Appel mondial à contributions : « Voix émergentes dans les domaines du droit international, des politiques et de l’action humanitaires ».

Comme toujours, la Revue internationale de la Croix-Rouge tient à proposer des publications de qualité émanant du monde entier. Ayant à cœur d’accroître sa portée et la diversité des auteurs, la Revue lance un appel qui s’adresse à quiconque aspire à devenir une voix respectée dans les domaines du droit international humanitaire (DIH), des politiques et de l’action humanitaires. Étoffez votre CV en publiant un article dans la Revue qui contribuera à façonner le débat sur ces questions durant les années à venir !

Nous invitons toute personne intéressée à soumettre, d’ici au 15 février 2021, un résumé de 500 mots au maximum, accompagné d’un CV de 300 mots au maximum. Ce résumé s’articulera ainsi:  i) énoncé du titre ; ii) mise en avant des principaux arguments que vous souhaitez développer – nous apprécions particulièrement les arguments novateurs et les approches créatives, susceptibles d’influencer les futurs débats sur les aspects juridiques et politiques ; et iii) note expliquant en quoi le thème que vous avez choisi est en accord avec la ligne éditoriale de la Revue. Pour plus de détails, nous vous invitons à consulter les lignes directrices élaborées à l’intention des auteurs. Veuillez faire parvenir votre dossier en format Word, par courriel à l’adresse review@icrc.org

L’équipe éditoriale vous avisera de sa décision d’ici au 15 mars 2021, et si votre résumé est accepté, vous pourrez alors vous atteler à la rédaction d’un projet d’article, à soumettre d’ici au 15 juin 2021.

Un jury sélectionnera ensuite les meilleurs articles qui figureront dans son numéro intitulé « Voix émergentes », dont la publication est prévue pour la fin 2021. Les noms des membres du jury seront annoncés sur cette page en mars 2021.

Ce numéro répond à la volonté de la Revue de donner à des voix nouvelles, sous-représentées et diverses, la chance de s’exprimer et d’être publiées.