Protéger le passé pour préserver l'avenir: comment le droit protège-t-il le patrimoine culturel matériel et immatériel en cas de conflit armé ?

Reading time 11 min de lecture
Télécharger PDF

L'individu est vulnérable en cas de guerre dans son intégrité physique mais aussi dans son identité culturelle, notamment dans les conflits à composante ethnique, culturelle ou religieuse. La destruction du patrimoine culturel peut alors devenir un enjeu du conflit. Le sort du patrimoine culturel ainsi pris dans la tourmente n'est pas uniforme. Dans diverses contrées il existe par des monuments ou objets, un patrimoine « matériel » essentiellement protégé par le droit des conflits armés ; ailleurs, là où le bâti est éphémère, il s'exprime dans l'oralité, la gestuelle, la musique ou d'autres expressions que livrent les individus avec leurs supports. Ce patrimoine est principalement « immatériel ». Cet article vise à démontrer que tout patrimoine culturel est matériel et immatériel, et que le droit applicable en cas de conflit peut le protéger, d'abord avec le droit des conflits armés, mais aussi par d'autres instruments applicables, tels que les traités de droits de l'homme ou les Conventions de l'UNESCO sur le patrimoine culturel.

Autres articles sur International Review of the Red Cross