RICR No. 531

Les premières années de la Croix-Rouge

Reading time 5 min de lecture
Télécharger PDF

Les Russes disent qu'il ne faut pas aller à Toula avec un samovar, car c'est là qu'on fabrique les samovars. Les Anglais se garderont d'apporter du charbon à Newcastle. De même les Hollandais n'iront pas à Gouda avec une pipe en terre. Parler de la Croix-Rouge devant une assemblée comme celle-ci, formée d'amis très fidèles du Comité international et de serviteurs chevronnés de notre institution, n'est-ce pas faire très précisément ce que déconseille la sagesse des nations? Dans des circonstances aussi périlleuses, je n'ai qu'une ressource: me réfugier dans un passé aussi lointain que possible. Le centenaire que nous célébrons aujourd'hui m'y invite heureusement. C'est, en effet, il y a un siècle et un jour que se réunissaient, pour la première fois, cinq Messieurs de Genève, aussi dissemblables que possible les uns des autres.

Poursuivre la lecture du #RICR No. 531

Autres articles de Pierre Boissier